AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Run - LIBRE

Aller en bas 
AuteurMessage
Sybile
Maudite
avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 05/07/2018

MessageSujet: Run - LIBRE   Jeu 2 Aoû - 8:53

Les bourses étaient au rendez-vous. Le chant et la danse gracieuse de Sybile avait attiré beaucoup de passants. Ses muscles fins et noueux lui donnaient une maîtrise absolue de ses mouvements et de son corps, créant ainsi avec peu d'efforts, une chorégraphie plus que plaisante. Bien sûr, tout ce travail ne serait rien dans l'aide de Junna, qui du coin de l'œil veillait à ce qu'il ne lui arrive rien.
Le spectacle n'avait qu'un but : repérer les gens les plus généreux, afin de pouvoir ensuite voir si leurs porte-monnaies étaient à l'image de leur don. Et puis, souvent, il rapportait de quoi manger un ou deux repas chaud. C'était aussi le seul instant ou Sybile arrivait à oublier ses bandages, les blessures. Elle n'était plus qu'une jolie jeune femme, dansant avec grâce sur une place de marché.

Elle repéra que peu cibles ; comme elle s'y attendait, les habitants de Honshu ne roulaient pas vraiment sur l'or. Il y avait quelques marchands plus sympathique que d'autres, mais ils donnaient plus par compassion et curiosité qu'autre chose. Les gens riches de la cité se trouvaient certainement dans l'enceinte du palais ou tout du moins, au plus proche de celui-ci. Mais, jamais elle ne pourrait y mettre les pieds. Qui ouvrirait les portes pour une fille comme elle ? Personne. Et ça, Sybile le savait très bien. De sa voix douce, elle contait tout en dansant, les hauts faits d'un héros ancestrale de la région : Suzano. Les enfants étaient ravis. Leurs parents, bien moins de voir une étrange raconter les légendes locales.

Bien vite, Sybile comprit qu'elle n'aurait guère plus que ce qui se trouvait déjà en sa possession. Mais, elle termina tout de même sa prestation. Une fois le conte achevé, elle fit un salto, qui tira aux enfants une exclamation de surpris. La danseuse leur adressa un sourire avant de rejoindre Junna qui la gratifia d'une tendre caresse sur la tête.
Elles avaient assez pour un maigre déjeuner et une nuit au chaud : c'était déjà amplement suffisant à leur bonheur. Soudain, la jeune femme sentit que l'on tirait avec timidité sur l'arrière de sa robe. Une enfant, un peu sale et maigrichonne, la regardait avec des yeux ronds.

« Que veux toi ? » Demanda Sybile avec un fort accent d'Ingary. Ses voyages lui avaient permis d'apprendre les différentes langues de Jiburi, sans pour autant les maitriser. Mais, la jeune femme partait du principe que, du moment qu'elle était comprise, elle n'avait guère plus d'efforts à faire.
« Jouer !
Enzemble ?
Oui ! Répondit l'enfant avant de courir vers son groupe d'ami. Elle avait dû être désignée pour demander à Sybile si elle voulait bien se joindre à eux.
Le devoir m'appelle ! On se retrouve au point de rendez-vous ! » lança-t-elle en se retournant vers Junna, avant de prendre son congé.

Le petit groupe d'enfant l’accueillit avec des cris de joies, puis ils filèrent dans les rues. Sybile les suivit avec enthousiasme. La plus vieille du groupe ne devait pas être beaucoup plus jeune qu'elle, d'une petite poignée d'année. Les souvenirs de son errance dans le cirque lui revinrent en mémoire et la solitude qui avait accompagné ces années, également.
Ils jouèrent à chat. Et d'autres jeux pendant une personne partie de l'après-midi. Ils s'en allèrent, un à un. Évoquant l'heure du repas, du bain ou tout autre chose. Sybile se retrouva seule. Mais ce n'était pas grave car elle savait que sa renarde devait l'attendre, elle aussi.

La jeune femme s'engagea alors dans les rues nocturnes de Yakushima. Mais une étrange impression lui mordait le ventre. Une sorte de peur et d'angoisse, qu'elle ne pouvait retirer de son estomac, malgré ses propres encouragements mentaux. L'impression prit corps lorsqu'elle vit deux hommes lui barrer la route. Aussitôt, elle sentit la présence d'un troisième dans son dos. Lorsqu'elle essaya de continuer, son chemin, l'un d'eux, lui saisit l'épaule et la renvoya en arrière.
Il portait un kimono et un katana à la ceinture. Son air mauvais n'avait d'égal que celui de ses comparses.

« Qu'est-ce que tu viens faire là, étrangère ? La voix était dure, pleine de haine.
Ne comprends pas, répondit Sybile en durcissant son expression.
On veut pas d'étranger ici ! Retourne chez toi !
Ne compre...
Ne comprends pas ; on a compris, nous ! »
Il arma son poing qui tomba lourdement sur la joue de Sybile. Sonnée, elle recula, percutant légèrement le troisième homme qui lui ceintura les épaules. La jeune femme se mit à ruer dans tous les sens ainsi qu'a juré en ingarien. Elle réussit à porter quelques coups de pied et d'un mouvement ample de la tête, percuta sans ménagement le nez de celui qui la tenait. Son sang coula dans ses cheveux qui devinrent légèrement rose. Il la lâcha. Sybile se mit à courir pour sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Run - LIBRE
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le monde de Jiburi :: Les Terres de l'Est : l'empire d'Honshu :: Yakushima-
Sauter vers: